Pierre Quiroga (skipper Espoir CEM) toujours en tête de la Solo Maître CoQ

  • Course n°3: victoire d'Adrien Hardy (skipper Agir Recouvrement)

  • Course n°4: annulée

  • Pierre Quiroga (skipper Espoir CEM) toujours en tête du classement général provisoire tandis que Pierre Leboucher (skipper Aragorn) mène chez les bizuths.


Changement de décor sur la Solo Maître CoQ en cette deuxième journée de compétition en baie des Sables d'Olonne. Après le grand soleil et la dizaine de noeuds de vent d'hier, la grisaille et des conditions de navigation plus sportives ont animé le terrain de jeux de la flotte des 40 figaristes. Sur zone le vent de Nord-Est d'une dizaine de noeuds, qui soufflait le matin, est rapidement monté en puissance en tout début d'après-midi atteignant les 20-25 noeuds de moyenne, voir plus dans les rafales. Au final sur ce deuxième acte, un seul parcours côtier a été lancé et remporté par le nantais Adrien Hardy (Agir Recouvrement). Au classement provisoire après trois courses, deux Pierre mènent la danse: Pierre Quiroga (skipper Espoir CEM) pour le général et Pierre Leboucher chez les bizuths. Demain, mercredi 26 avril, les 40 participants de cette 14e édition profiteront d'une journée de réserve pour préparer la grande course de jeudi 27 avril.

 

 

Le classement général provisoire avant jury après les 2 premières manches : télécharger

Toutes les photos : https://www.flickr.com/photos/solomaitrecoq/
 
Ils ont dit :
 
Adrien Hardy, skipper Agir Recouvrement:
"Je ne sais pas si aujourd'hui c'était un temps de Nantais même si Pierre Leboucher et moi faisons une belle journée. Enfin la baie des Sables d'Olonne, c'est surtout des souvenirs de dériveurs, de mises à l'eau compliquées et de vent d'Est perturbé. On a fait beaucoup d'entraînements ici. Donc je suis assez content d'avoir fait une belle journée. Contrairement à hier, j'ai pris un bon départ et une fois devant c'est beaucoup plus simple pour tirer les bords que l'on souhaite. Du coup, tout s'est bien enchaîné et j'avais une bonne vitesse. Un peu déçu de ne courir qu'une seule manche mais c'est comme ça. Je trouve ça aussi très bien de ne pas avoir fait de deuxième manche car il y avait beaucoup de vent. Je suis juste déçu car j'étais dans une bonne dynamique. "


 
Loic Pauchet, skipper d'Objectif solitaire tous ensemble:
"La matinée avait bien commencé mais juste avant la ligne de départ je me suis rendu compte que les ballasts ne se remplissaient pas. Et que la pompe de ballast ne fonctionnait pas. J'ai tout de même pris le départ car le vent n'était pas très fort au début mais sur le deuxième tour, c'est monté à 25-30 noeuds. Sans ballasts, je n'y arrivais pas. Donc c'était un peu la galère sur cette course. L'annulation de la course n°4 a été un soulagement même si je n'aurai jamais le départ de cette manche. Ca ne servait à rien que je continue. J'avais déjà réduit la voilure en passant sous solent. Je dois faire attention, ce n'est pas mon bateau mais celui de Nathalie Criou qui courra la Solitaire Urgo Le Figaro à son bord. C'est ma première régate de Figaro et je suis super content de ces premiers bords"

 

 

Justine Mettraux, skipper de Teamwork:
"Je n'ai pas pris un super départ sur cette 3e course en partant à droite du plan d'eau alors que c'est passé à gauche. Après le positif est que j'ai réussi à faire un bon deuxième bord de près et à regagner pas mal de places. Au final je termine 22e mais cela aurait pu être bien pire. Le comité a essayé de relancer un deuxième départ avant d'annuler. C'était un peu chaud sur l'eau, nous sommes près de la Solitaire, cela aurait été dommage d'abimer les bateaux sur des régates au contact avec 40 participants. L'année dernière nous étions moitié moins de concurrents sur la Solo Maître CoQ. Ca change complètement la donne, c'est compliqué de gérer toute la flotte d'autant que je ne suis pas une habituée des petits parcours. Cette année, il y a plus de bateaux mais également plus de niveau et c'est plus difficile de tirer son épingle du jeu surtout avec des conditions aussi aléatoires comme nous avons eu depuis hier. Il reste la grande course, j'ai intérêt à bien faire. 

 

 

Alan Roberts, skipper de Seacat Service:
"On a commencé la journée avec un vent de 8 à 12 noeuds mais toujours de terre et compliqué. Même type de jeu qu'hier. Après j'ai mieux navigué qu'hier et je suis plutôt content avec ça. Pour le moment sur le circuit Figaro, il me manque un petit quelque chose. Peut-être de la vitesse même si je suis plus à l'aise aujourd'hui. Enfin ce qu'il me manque surtout c'est de la réactivité. Je ne me suis pas encore assez entraîné, je manque de temps passé sur l'eau. Cet hiver, j'ai acheté le bateau et fais un gros chantier dessus, ce qui a retardé sa mise à l'eau et par conséquent mon entrainement. Ca va revenir, il faut juste travailler encore un peu plus. Je n'ai pas encore complètement le bateau en main, enfin surtout aujourd'hui où j'ai les mains gelées."

 

 

Pierre Leboucher, skipper d'Aragorn:
"Je suis content, je fais une belle journée. J'ai perdu pas mal de mètres sur les premiers lors des manoeuvres ou des phases de transition mais je suis revenu plusieurs fois dans le match. Il y a eu beaucoup de jeu et j'ai le sentiment d'avoir bien régaté donc je suis assez content de moi. Il y avait du jeu avec ce vent de terre et c'était très intéressant. 40 bateaux sur de petits parcours, ça ne me dérange pas. Par contre en solitaire c'est juste beaucoup plus dur! Il faut savoir tout faire, penser à tout et pour l'instant je n'arrive pas encore à gérer la technique, la tactique, barrer... enfin faire tout ça en même temps. Pour l'instant je fais trop l'un et pas assez les autres. Faut que j'arrive à doser et que je continue à m'entrainer. C'est normal, c'est ma première participation, d'autres sont à leur 15e année sur ce support. "

 


 

Tags:

Please reload

Archive
Please reload